La fière compagnie

Depuis que je poste des monstres et antagonistes en tout genre, je parle de vaillants héros au grand cœur qui roulent sur tout ce que je peins et bien plus encore, au mépris du danger et des pertes de points de destin. Il est donc temps de leur faire l’honneur des images, des anecdotes et de l’inventaire des pièces qui les constituent. Je vous présente la compagnie Schmitt.


À tout seigneur tout honneur, le roi des effets pyrotechniques, l’homme à l’origine de la phobie des jets de D10 multiples, l’héritier du scénar, l’étudiant en magie Pieter Schmitt. Ou la flemme de la conversion sur métal.

On prend un sorcier Reaper, on lui remplace les jazzy hands par un bâton (en fait une faux de Flagellant sans lame) et un grimoire pour faire plus warham’, et une épée au fourreau au cas où il se prendrait le courage de nous filer la patte quand le reste du groupe va au turbin.

Pour les couleurs, un manteau gris bleu neutre, une écharpe plus criarde avec des runes, et les braies jaune et bleu pour rappeler l’origine de Middenheim. Un visage plus jeune que la moyenne et des pages couvertes de runes achèvent le thème. Si on est encore loin de l’iconographie des collèges de magie, c’est parce qu’en début de carrière on n’a pas encore signé chez les majors. Oui John il est pas en rouge, oui j’aurais dû m’douter que ce serait un flamboyant.

Ce type prétend être marchand mais personne ne l’a jamais vu commercer, ou alors il vend des serrures et des cadenas, étant donné qu’il sait les faire fonctionner sans l’usage de clefs.

L’intégralité de la fig provient de la grappe des Chasseurs de l’Empire, j’ai juste dû creuser le poing gauche et le tour est joué, si l’on excepte le temps de sélection des pièces et le positionnement. Je peux passer des heures là dessus tout en ratissant mes boîtes à rabiots en vue de la pièce idéale qui permettra la pose idéale.

La demande était des tons neutres, les crevées plus colorées évoquent le « côté »marchand, et l’arc est en bois clair pour le contraste et pour changer. Il faudrait que j’arrive plus souvent à contrer mes habitudes de cette manière, mes manches d’armes étant toujours dans des tons très sombres.

Siegfried et toutes ses dents, à la recherche d’un emploi, armé de sa masse et de sa bonne humeur proverbiale, teintée d’une once de diplomatie aristocratique propre au Norland. Vous voulez vraiment en arriver là?

Pour la conversion on touche à plus complexe. On remplace les jambes d’un corps d’Homme d’Armes Bretonnien par les bottes d’un Milicien afin de corriger l’échelle, on rajoute l’arbalète, les menottes et les avis de recherches, ainsi qu’une tête patibulaire d’Archer. Et on s’attaque au positionnement des bras. En jouant de la lime un moment on place le bras droit d’un Hallebardier de façon à ce que la masse de Midas le Cupide repose sur l’épaule, et on évide la main gauche afin qu’elle brandisse une mauvaise caricature.

Tiens c’est marrant on retrouve une alternance de noir, rouge et brun, faut croire que je sais rien faire d’autre. Seul chose originale en peinture, les entailles en trompe l’œil sur le gambison et les chicots clairsemés.


Si Daphné a l’air tendre, c’est que vous n’avez pas vu ses stats. La jeune fille qui doit apprendre l’étiquette est plus douée dans le maniement du glaive que de l’éventail, elle compte même les scores. Ben ouais, ça sert à quoi d’avoir la plus grosse CC si on peut pas frimer un peu!

La fig de base est une aventurière Reaper à laquelle on change juste les armes, et le tour est joué, facile. Pour les couleurs on fait comme veut madame, et on se retrouve avec une belle brune en armure de cuir, prête à défoncer les boss de fin d’scénars à grands coups d’critiques dans le groin.

Le crâne d’orque sur le socle est une évocation d’un haut fait d’arme remporté à coups de gros jets de dés.

On ne profite pas de toutes ses qualités avec la photo de Wolfgang. Le vagabond des grands chemins à l’odorat en vacances et au sens de l’hygiène en RTT est capable d’enchaîner huit scénars sans se laver, et dort avec les autres depuis que sa tente au fumet si particulier a servi d’accessoire de déguisement.

Un peu de tout pour cette fig, jambes et bras de Chasseur, torse de Milicien, tête de Pistolier et arc elfique, un vrai kitbashing dans les règles. La tête est un peu trop flamboyante et l’Oréal par rapport au perso, mais l’ensemble reste cohérent, vert et brun plus le doré de l’arc elfique et le rouge des empennages de flèche. Un peu d’usure et de salissures pour souligner le coté march’la route et un socle végétal pour les buscades rurales, on y est, manque plus que l’odeur.

Et pour finir une image du fidèle compagnon Barbu, dont le flair légendaire et l’intelligence hors normes (ou la gentillesse du MJ) ont permis d’éviter quelques traquenards retors. Un pet Reaper avec un ptit socle moussu, tout simplement.

Voilà c’est tout pour la présentation de la fine équipe avec laquelle on a écumé les donjons pendant près de deux ans, une des raisons pour laquelle je charge mon planning actuellement avec un projet virtuellement sans fin. Mais bon comme on le sait tous maintenant, peins-les ces gobs et ce griffon, ça pourrait toujours servir!

Ol Plannin’ Ad

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s