Age of armies

There’s a new ludic wind blowing at the door. After testing the Age of Vikings and surrender to the quality of the system, I got to wait a few month for another version of this magnificent game. Since I’m not that much interested in purely historical universes, and having a substantial collection of fantasy miniatures, Saga: Age of Magic bring me a lot of hopes as for my return on commanding tabletop armies.

So what about this? I tend to trust Studio Tomahawk with my eyes closed (and my wallet open), may they wrote the ruleset or just translate it, each of their production are a delight to my picky gamer soul. The Saga system is an ingenious ruleset convertible to different medieval era, and the latest iteration focuses on magic (as in the title I know, captain obvious here…). Meaning a fantasy setting where monsters and wizards fight along more conventional troops. But like Frostgrave begore it, there’s not that much of official minis range, nor than any big background settings, allowing you to produce any miniatures you wish to represent any of the six generic army lists. This mean that no armies will look the same, and that you can manage to express any crazy idea you ever had about weird thematic armies. Or just replay your classic themes but with a brand new and seriously nice ruleset! Lire la suite

Mayhem in Sector IV

Less painting this days, with some (too rare) nice spring days I spend most of my time in the car, visiting so many friends. Luckily some of them share the same affliction, meaning they tend to use their time splashing colors on tiny pieces of metal or plastic, before pushing them around making strange mouth noises while rolling dices like there was some sort of logic in it. This said, I hit the road regularly to play so many games, and most of them are basically awesome.

I connect with people who also share the same point of views about the hobby, that no game would be played without finished stuffs, the narrative should be a major part of it, and the competition can easily be place secondary. By this, I don’t judge others ways of playing games (I to sometimes get eager to win…), it just happened to be the way I want to play mine. Lire la suite

Campagne Dominion

Je ne fais pas souvent autre chose que parler de peinture ici, et faudrait que je me motive pour que ça change. En effet si j’aime passer des heures à mettre en couleur des bouts d’plastoc gris, c’est quand même principalement dans l’objectif de jouer, d’exploiter un peu cette quantité irrationnelle de matos empilé au quatre coins d’la maison. Ça me permettra de poser quelques photos de décors et de mises en situation pour changer, et de discuter aussi quelques points de règles et les réflexions qu’on en retire avec les potes.

Le côté narratif du jeu est pour moi extrêmement important, au moins autant que la partie esthétique, et le premier est soutenu par la suivante, qui va en ce sens permettre une immersion plus complète. Pour autant si j’adore me raconter des histoires en cours de partie, ou que j’ai plaisir à en reparler avec les potes par la suite, je ne suis pas versé dans l’art de coucher sur le papier l’historique complexe ni le récit épique des exploits de nos ptits bonhommes. L’exercice me paraît pour l’instant fastidieux et non dépourvu de complexité, et quand je passe du temps à écrire, je ne suis ni en train de peindre ni de jouer bordel! Lire la suite

Du sable dans la neige

Pas de peinture aujourd’hui, mais une analyse subjective de Frostgrave et de la façon dont mes potes et moi nous sommes appropriés ce système qui à l’origine ne vend pas franchement du rêve. Je vais un peu parler des soucis qu’on a pu rencontrer lors de nos premières parties, des solutions proposées par leur éditeur francophone et des modifications qu’on a mises en place au fil de nos campagnes. J’aborde ça ici car c’est la première fois que je dois autant adapter un jeu avec mes potes, et je m’aperçois au fil des échanges avec d’autres joueurs que chacun à sa version du jeu, sa vision du format, et je trouve ça particulièrement intéressant. Lire la suite

Royaumes de la mort monstres 1° partie

Bon difficile d’avancer sur quoique ce soit ces temps ci, je suis retombé dans un de mes vieux travers, le cumul de différents projets en même temps. Des Gobelins d’la Nuit old school, l’accumulation d’grappes pour Shadowinquisimunda, une table industrielle et Shadow Spire qui pointe le bout d’son nez (et Necromunda qui revient) Mais au milieu d’mes expérimentations aux pigments s’est posé comme une brique un monolithe noir satiné des plus classe. J’ai reçu Kingdom Death Monster 1.5, peut-être le KS que j’ai le plus attendu, et force est de constater que ça en valait la chandelle. On arrête tout ce qui est en cours et on se retrousse les manche pour une expérience ludique au delà de toute comparaisons.

Premier jet, les quatre survivants du prologue, deux quarries et deux némésis, de quoi déjà passer quelques heures de jeux fantastiques. Lire la suite

Le ptit dèj’ du Seigneur Liche

Le Seigneur Liche s’est réveillé au chemin Falquet, et il est retourné s’coucher sans café et avec un sacré mal de tronche après qu’on s’en soit occupé.

Le week-end dernier nous avons pu jouer l’intégralité de la campagne axée morves vivantes pour Frostgrave. Six joueurs, trois tables, cinq parties par personne dont une grosse finale pour deux jours bien chargés en pex, loot, magie et toute sorte de brutalité.

Pour le matos, une méticuleuse préparation nous aura permis de jouer tout peint, des décors aux figs en passant par le moindre pion objectif, avec seulement quelques proxis, mais là encore que du tout peint à la sueur de notre front. Je sais qu’il y en a certains qui ne seraient pas dérangés de jouer avec une bande constituée de gommes avec des noms marqués dessus (gomme mage, gomme voleur, gomme grosgros…), mais  c’était vraiment le gros kiff de pouvoir attaquer une ronde en sachant qu’on aura tout ce qu’il faut, un chaudron, cinq zombies, un Roi des Goules et quatre trappes, six cultistes et deux spectres, c’est vraiment un rêve de gosse figurinistique et un bon nerdgasm pour qui aime pousser du plomb mis en couleurs avec amour.

le salon plein à craquer de joueurs, de figs et de matos (et de pizzas et de bonbecs, parce que sinon ça fait pas sérieux). Une sacrée mise en place et un peu d’organisation, douze heures de jeu non-stop le samedi et une finale multijoueurs pour nous achever le dimanche, que du bonheur je vous dis… Lire la suite