Traité Inquisitorial 

Pas vraiment le temps de peindre ces (beaux) jours, pas mal de temps en terrasse et la préparation de matos de GN qui me bouffe tout le planning. J’ai réussi à me caler cette petite escouade, mix de Citadel vieux ou pas édité, pour faire une petite Suite Inquisitoriale tranquille. C’est peint comme ça vient sans réinventer la roue, couleurs saturées et noirs teintés, j’aurais dû m’acharner un peu plus sur l’Inquisiteur, mais bon ça fera pour le moment…

Une petite Suite au goût rétro, la réf la plus récente en sculpture doit être le Sniper Ratling, sans compter le tirage Foundry/Warmonger de l’Empirical Absolution & Liquidation Squad, une récente édition de figs jamais sorties chez Citadel. Les échelles partent dans tout les sens mais j’ai essayé d’unifier le tout par les tons des armures, des tissus et de la peau.


L’Inquisiteur équipé d’une armure Terminator plus petite qu’un Space Marine actuel, armé d’un combi bolter/je sais pas quoi et d’un gantelet énergétique pourvu de digi-armes. Le gris terne et neutre permet de le démarquer du reste de la suite. Rien à dire sur l’uniforme de l’abhumain roux.

Un retirage de l’Assassin Impérial, avant l’apparition des différents temples et des chaussures civilisées, et un membre de l’Administratum, parce que ça parait déconnant de partir faire la baston sans son expert comptable (en même temps au prix du bolt…).

Deux Arbites (les CRS de l’espace!) qui te rappellent furieusement que Judge Dread et 40k c’est pas si éloigné. J’ai presque le bon code couleur mais je me suis abstenu pour le vert, pas supportable. Mes deux figs préférées du set, malgré leur casque conehead.

Un cosmonaute chelou et un gradé nain, l’échelle étant vraiment foirée sur cette dernière. Bref une série de vieille gravure datant d’avant la notion de cohérence, mais tout de même farcies de personnalités. Je ne sais pas à quoi ça servira, mais ça s’incrit dans le grand retour à 40k, et la doctrine de si je l’ai acheté, je le peins.

Si Shadow War pue l’avortement foiré, Inquisimunda fleure bon le fan made consciencieux et la V8 du ténébreux futur et un éclaircissement ludique rafraîchissant, la dark sf et donc de retour au menu sur l’établi d’peinture.

En bonus une photo floue de notre première partie en V8, le bonheur de rejouer sans rien peindre, sans parler de la simplification du jeu. Toujours le même problème de tours alternés où tu regarde ton pote t’éclater sans pouvoir réagir, mais quand même ce goût Proustien des premiers émois figurinistiques, les valeurs de blindages en moins.

Et un ptit test de mise en place, ça en jette mais c’est qu’un quart de table, m’en faudra à peu près quatre fois cette quantité pour être satisfait…
Ol Latex Ad

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s