Le ptit dèj’ du Seigneur Liche

Le Seigneur Liche s’est réveillé au chemin Falquet, et il est retourné s’coucher sans café et avec un sacré mal de tronche après qu’on s’en soit occupé.

Le week-end dernier nous avons pu jouer l’intégralité de la campagne axée morves vivantes pour Frostgrave. Six joueurs, trois tables, cinq parties par personne dont une grosse finale pour deux jours bien chargés en pex, loot, magie et toute sorte de brutalité.

Pour le matos, une méticuleuse préparation nous aura permis de jouer tout peint, des décors aux figs en passant par le moindre pion objectif, avec seulement quelques proxis, mais là encore que du tout peint à la sueur de notre front. Je sais qu’il y en a certains qui ne seraient pas dérangés de jouer avec une bande constituée de gommes avec des noms marqués dessus (gomme mage, gomme voleur, gomme grosgros…), mais  c’était vraiment le gros kiff de pouvoir attaquer une ronde en sachant qu’on aura tout ce qu’il faut, un chaudron, cinq zombies, un Roi des Goules et quatre trappes, six cultistes et deux spectres, c’est vraiment un rêve de gosse figurinistique et un bon nerdgasm pour qui aime pousser du plomb mis en couleurs avec amour.

le salon plein à craquer de joueurs, de figs et de matos (et de pizzas et de bonbecs, parce que sinon ça fait pas sérieux). Une sacrée mise en place et un peu d’organisation, douze heures de jeu non-stop le samedi et une finale multijoueurs pour nous achever le dimanche, que du bonheur je vous dis…

la très belle table réalisée exprès par mon pote, la seule à respecter le thème enneigé, puisque je n’ai pas encore trouvé la motivation de flocer tout mon matos de Mordheim au bicarbonate de soude.

La finale (l’assassinat) du Seigneur Liche devant sa forteresse, une table bien épique avec presque toute notre collection de bâtiments pour Mordheim et même une vieille forteresse de Warhammer Siège. Pleins de mobs, trop peu de trésors et une partie qui tire un peu en longueur à six joueurs. C’est pas grave c’était cool quand même…

Au final un super week-end pour extraire la substantifique moelle d’un jeu qui prend tout son sens en campagne. Si Frostgrave nécessite de nombreux arrangements (la règle ne vaut rien sans les mods du Studio Tomahawk), une fois corrigé c’est un très bon jeu d’escarmouches en campagne. La simplicité et la dose importante d’aléatoire permettent d’assumer le fait que ce n’est pas un jeu compétitif ni très équilibré, mais que c’est le fun qui prime. On se retrouve avec des histoires à raconter au fil des parties, comme ce devin avec un gros turnover d’apprenti intérimaire, ce chronomancien et son élève devenu bègue, ou cet enchanteur orque bien plus bourrin au contact que ce qu’on peut attendre d’un mage archétypal.

Si le livre de base est un peu austère, les extensions apportent le côté narratif qui manquait et j’ai vraiment hâte de voir la suite. Je ne peux pas dire que je préfère ce jeu à Mordheim, l’historique étant bien moins original et spécifique que son ainé, mais la fluidité des règles et les tables de monstres et de trésors aléatoires m’ont conquis, de même que la libertée quand au choix des figurines.

Bon j’arrête la machine à louanges et je retourne peindre du cimmérien, sinon je sens que je vais encore me foutre à la bourre. Elle sont où ces figs de pirates?

Ol Pexin’ Ad

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s